Entretien personnel gratuit

080 080 08 81

Lundi - vendredi : 08h00 - 20h00

Prenez rendez-vous

Acouphènes : Les questions les plus fréquentes

Qu’est-ce qu’un acouphène ?

L’acouphène est décrit comme une sonnerie, un sifflement ou un bruissement survenant dans une ou les deux oreilles. Dans 99 % des cas, seule la personne concernée peut percevoir les sons : on parle alors d’un acouphène subjectif. En revanche, il est possible d’entendre les bruits parasites de l’extérieur dans le cas de l’acouphène objectif. Dans cette forme rare, les bruits proviennent par exemple du sang circulant dans les vaisseaux sanguins rétrécis. Dans ce cas de figure, les patients entendent un sifflement ou un bruit sourd. Lorsqu’une cause physique est à l’origine de l’acouphène objectif, son traitement est relativement simple.

La cause exacte de l’acouphène subjectif n’est pas connue ; il découle habituellement d’autres maladies de l’oreille. On pense que les neurones chargés de l’audition continuent à envoyer des signaux sonores même quand ils ne reçoivent pas de stimuli en provenance de l’oreille interne.

un acouphène

Souvent, les acouphènes cessent spontanément après une courte période, mais dans certains cas ils perdurent dans l’esprit de ceux qui en souffrent pendant des heures, des jours, voire des mois, pour ne disparaître que partiellement.

Acouphènes aigus et chroniques

L’acouphène est considéré comme aigu durant les trois premiers mois qui suivent son apparition. Cependant, il ne faut pas attendre l’expiration de ce délai pour consulter son médecin : prenez rendez-vous avec un spécialiste dans les jours qui suivent la survenue des symptômes. En effet, les personnes victimes d’acouphènes persistants courent le risque de souffrir d’acouphènes chroniques. La persistance des bruits parasites pendant plus de trois mois réduit considérablement les chances de guérison. Après cette période, il n’est généralement plus possible de faire disparaître les acouphènes, car le cerveau finit par créer un nouveau type de comportement. Le traitement des acouphènes chroniques ne repose donc plus sur la recherche d’un remède. Les patients doivent alors apprendre à vivre avec ce bruit et l’ignorer autant que possible.

Acouphènes dus à d’autres maladies concomitantes

Les bourdonnements d’oreilles ou acouphènes ne sont pas une maladie isolée ; ils se produisent généralement de manière concomitante avec une autre maladie. Pour se débarrasser des acouphènes, il est donc nécessaire de guérir la maladie sous-jacente. L’exposition permanente au stress, les troubles métaboliques, l’hypertension et les troubles du rythme cardiaque favorisent l’apparition d’acouphènes subjectifs, ainsi que de nombreuses autres maladies pouvant provoquer des bruits désagréables dans vos oreilles, par exemple :

  • Blessures du tympan
  • Perte soudaine de l’audition
  • Traumatisme acoustique
  • Rhume
  • Otite
  • Maladies métaboliques
  • Artériosclérose

Fréquemment, les bourdonnements d’oreilles sont aussi liés à des problèmes au niveau de la colonne cervicale ou de la mâchoire. Étant donné que des connexions existent entre les nerfs situés près des vertèbres cervicales et ceux de l’audition, une douleur des muscles du cou peut par exemple générer des acouphènes. La situation est similaire en cas de problème au niveau des articulations temporo-mandibulaires (ATM) ou du muscle masséter. Par conséquent, le bruxisme peut provoquer des acouphènes.

Acouphènes en tant qu’effet secondaire

Les affections physiques ou mentales ne sont pas les seuls facteurs susceptibles de déclencher des acouphènes qui doivent être suspectés. Certains médicaments utilisés pour soigner d’autres maladies peuvent avoir pour effet secondaire des bourdonnements d’oreilles. C’est pourquoi une attention particulière doit être accordée aux effets indésirables des médicaments, en particulier les analgésiques pris à fortes doses, les médicaments pour lutter contre la tension artérielle, les antidépresseurs ou les médicaments utilisés au cours des chimiothérapies. Si vous souffrez d’acouphènes, signalez dès que possible à votre médecin toute nouvelle prise de médicaments, afin de prévenir l’apparition d’acouphènes chroniques.

Pourquoi est-on victime d’acouphènes ?

La cause précise des acouphènes n’est pas connue. On a longtemps pensé qu’ils étaient provoqués par un dysfonctionnement de l’oreille interne, qui envoyait constamment des signaux erronés au cerveau. Pour cette raison, on préconisait de traiter les acouphènes graves avant que le nerf auditif ne se rompe. Cependant, les bruits parasites ne disparaissaient pas pour autant : même lorsque le patient était devenu sourd, il pouvait encore percevoir les acouphènes. Entre temps, il a été démontré que les acouphènes sont produits au niveau du cerveau des personnes touchées. Toutefois, les acouphènes surviennent souvent simultanément ou suite à une déficience auditive. On pense que le cerveau essaie de compenser les sons altérés par la perte auditive. Les neurones qui ne reçoivent pas de signaux sonores génèrent eux-mêmes leurs propres signaux, que le cerveau s’habitue à percevoir. Cependant, alors qu’aucun signal n’est transmis aux neurones concernés lorsque l’audition est endommagée de manière permanente, les bruits indésirables restent audibles en permanence. On peut donc en déduire que le cerveau est à l’origine de la production d’acouphènes.

D'où viennent les acouphènes

Mais la perte auditive n’est pas l’unique cause de l’apparition des acouphènes. Beaucoup d’autres facteurs peuvent être impliqués dans leur pathogenèse. Lorsque la cause originelle est éradiquée depuis longtemps, le patient peut encore entendre des bruits désagréables. Trop se concentrer sur un acouphène, même si celui-ci est très faible, peut conduire à une intensification du problème. En effet, le cerveau se focalise sur le nouveau bruit et tente de l’apprendre.

D’où viennent les acouphènes ?

Il a longtemps été difficile de déterminer l’origine des acouphènes. On a d’abord supposé que les dommages des cellules ciliées de l’oreille interne étaient responsables de l’apparition de ces bruits gênants. Habituellement, celles-ci envoient des impulsions au centre auditif situé dans le cerveau lorsqu’elles sont stimulées par un signal sonore. En cas d’acouphènes et selon cette hypothèse, il existerait un dysfonctionnement au niveau de ces cellules, par exemple en raison d’un apport insuffisant en nutriments ou de dommages causés par une exposition au bruit. Cependant, on a ensuite réalisé que les acouphènes demeuraient audibles par les personnes touchées, même lorsque le nerf auditif avait été rompu et alors qu’aucun signal sonore ne pouvait être transmis de l’oreille au cerveau.

Les bruits parasites devaient donc provenir du cerveau lui-même. Toutefois, un problème au niveau de l’oreille interne n’est pas à exclure. En cas de perte d’audition, par exemple lorsque les cils sensoriels sont mal approvisionnés ou endommagés, le centre auditif ne reçoit plus de signal sonore dans les fréquences affectées. Dans ce cas précis, les neurones concernés tentent de compenser ce déficit de manière autonome en générant des signaux qui sont alors perçus comme des acouphènes. Au fil du temps, le cerveau apprend à produire ces sons et à les percevoir ; dans ce cas, les acouphènes persistent même lorsque la déficience auditive a été corrigée. Si les bruits perdurent après une période de trois mois, on parle alors d’acouphènes chroniques, pour lesquels les chances de guérison sont nettement plus faibles que dans la phase aiguë.

Que faire en cas d’acouphènes ?

Si vous percevez des sons désagréables tels que des sifflements, des claquements ou des bruits sourds au niveau d’une ou des deux oreilles, il est très probable qu’il s’agisse d’acouphènes. En premier lieu, commencez par vous détendre. Il est surtout recommandé d’éviter l’excès de stress et les environnements bruyants. En général, le bruit disparaîtra de lui-même relativement rapidement, mais il peut de nouveau se manifester en cas de stress ou de surmenage.

Dans ce cas, et si le bruit survient de nouveau alors que vous êtes détendu, consultez un médecin. A l’aide de ses instruments, votre praticien pourra entendre lui aussi les bruits que vous percevez si vous souffrez d’acouphènes objectifs. Le bruit est alors produit par une source sonore située à proximité de l’oreille interne. La situation est différente si le médecin ne parvient pas à entendre quoi que ce soit. Il s’agit alors d’acouphènes subjectifs, qui sont beaucoup plus fréquents puisqu’ils représentent 99 % des cas. Il est important de traiter sans attendre une éventuelle maladie sous-jacente provoquant les acouphènes. Si le traitement est débuté dans la phase aiguë, c’est-à-dire dire au cours des trois premiers mois après l’apparition des acouphènes, les chances de guérison sont relativement bonnes. Après cette période, il est souvent impossible de faire disparaître les bruits parasites, parce que les neurones affectés ont « appris » à envoyer les signaux de façon permanente.

Souvent, les acouphènes sont associés à la perte d’audition. Ils peuvent être causés par diverses maladies, par des traumatismes acoustiques ou par l’âge. Pour compenser la perte d’audition, vous pouvez avoir recours aux aides auditives modernes. Celles-ci sont beaucoup plus pratiques qu’un simple amplificateur de son. Conçues comme de petits ordinateurs, elles ne se contentent pas d’augmenter le volume des signaux sonores, mais sont également proactives. Selon le modèle et les technologies, les aides auditives perfectionnées sont en mesure de distinguer de manière autonome les différentes situations de conversation ou de reconnaître la direction d’où provient un signal sonore. Avant toute chose, elles permettent à leurs usagers d’entendre à nouveau des signaux sonores qu’ils n’étaient plus capables de percevoir. Les générateurs de bruits blancs sont également utilisés pour atténuer les désagréments des acouphènes. Ils rendent les bruits perçus dans l’oreille moins gênants et permettent de les ignorer en grande partie.

Que faire en cas d’acouphènes

Qui peut vous aider en cas d’acouphènes ?

Tout d’abord, il n’y a aucune raison de paniquer en cas d’acouphènes. Souvent, ils disparaissent spontanément après un laps de temps relativement court. Lorsqu’un acouphène survient, vous pouvez d’abord tenter de le faire disparaître vous-même. Essayez d’éviter le stress et de vous détendre. Si le bruit dans votre oreille ne s’atténue pas après 24 heures, une visite chez le médecin s’impose. Grâce à des tests auditifs et à d’autres examens approfondis, celui-ci déterminera si vous êtes victime d’acouphènes subjectifs ou objectifs. L’acouphène objectif est le plus souvent dû à une vasoconstriction ou à un bouchon de cérumen, causant des bruits à proximité de l’oreille interne. Il peut donc être guéri à l’aide d’un traitement adapté. En revanche, plusieurs conditions sous-jacentes sont nécessaires pour traiter ou garder sous contrôle un acouphène subjectif.

Quelles sont les personnes pouvant souffrir d’acouphènes ?

Il est difficile de savoir précisément quel type de population est le plus susceptible de souffrir d’acouphènes. Bien que les premiers symptômes apparaissent généralement entre 40 et 50 ans, il n’existe aucune preuve que certains groupes de personnes soient plus fréquemment touchés par ce problème auditif. Bien que les acouphènes surviennent généralement à la suite d’un stress chronique, dans le contexte d’une perte d’audition des gammes de fréquences supérieures ou en présence d’autres maladies de l’oreille, personne ne peut affirmer avec certitude les facteurs qui entraînant leur apparition. Toutefois, en cas de dommages auditifs, la probabilité de souffrir d’acouphènes augmente. Ces derniers peuvent s’atténuer temporairement, s’aggraver avec le temps ou même disparaître complètement sans qu’il ne soit possible de prévoir leur évolution.

Comment peut-on se débarrasser des acouphènes ?

Souvent, les acouphènes ne peuvent pas être guéris : les personnes touchées entendent des sons de manière permanente. Les chances de guérison après trois mois diminuent considérablement. Si aucun traitement ne fonctionne ou ne génère d’amélioration durant la phase aiguë de la maladie, cela ne signifie pas pour autant qu’aucune possibilité thérapeutique n’existe. En utilisant différentes méthodes, les patients peuvent apprendre à ignorer ces bruits parasites.

En général, vous devrez surtout essayer de vous concentrer sur d’autres choses. Par exemple, se focaliser sur des bruits spécifiques peut contribuer à masquer les acouphènes. Ainsi, les patients qui assistent à un concert peuvent s’entraîner à prêter attention aux sons émis par chaque instrument de manière individuelle. Mais en général, l’entraînement auditif ciblé ne suffit pas à régler le problème. Il doit toujours être utilisé en complément de mesures comportementales comme la relaxation, car l’aspect psychologique joue un rôle important dans l’apparition des acouphènes. Une exposition constante au bruit engendre du stress, un déséquilibre et parfois un état dépressif. Ces facteurs augmentent également la perception des sons indésirables, qui deviennent alors impossibles à éluder.

Les bruits blancs sont également utiles dans la mesure où ils permettent au cerveau d’oublier de percevoir l’acouphène. Les bruits blancs sont émis à un faible volume, afin de ne pas perturber l’audition de l’usager. Cependant, ils ne sont pas capables de supprimer les acouphènes. Le patient doit apprendre à se concentrer sur ce son. Le but de cette thérapie est de permettre à la personne touchée de vivre en permanence avec les acouphènes, à travers l’accoutumance à un bruit de fond. Les bruits parasites sont encore présents mais le patient ne les perçoit plus comme désagréables ou inquiétants, ce qui permet d’agir essentiellement sur la composante psychologique des acouphènes. Le traitement par bruits blancs est un processus long, parce que le cerveau doit apprendre à adopter de nouveaux comportements. Cependant, le taux de réussite est d’environ 50%. Etant donné que les acouphènes surviennent souvent dans le contexte d’une déficience auditive ou d’une perte d’audition, les aides auditives modernes peuvent être utilisées comme des générateurs de bruits blancs. Ces appareils ont alors deux fonctions. D’une part, ils restaurent la perception de certaines fréquences au niveau de l’oreille. D’autre part, ils génèrent un bruit de fond permettant à la personne concernée de s’habituer aux acouphènes.

Comment traiter les acouphènes

Il est aussi possible de recourir à la neuromodulation acoustique CR, qui répond à certains types d’acouphènes. Au cours de ce procédé, les cellules nerveuses sont stimulées de manière à ce qu’elles ne puissent plus fonctionner de façon synchrone. Ainsi, le cerveau finit par « ignorer » les bruits parasites.

Comment traiter les acouphènes ?

Dans la phase aiguë (jusqu’à trois mois après l’apparition des acouphènes), le médecin peut tenter de guérir un acouphène subjectif à l’aide de perfusions et de médicaments. Dans ce cas précis, l’acouphène est traité de la même manière qu’une perte soudaine de l’audition. Les médicaments contribuent à améliorer la circulation sanguine et par conséquent à augmenter l’apport d’oxygène au niveau de l’oreille. Souvent, les corticostéroïdes sont utilisés en parallèle. Si l’acouphène est la conséquence d’une maladie sous-jacente identifiable, celle-ci est traitée en priorité, bien sûr. Souvent, les acouphènes disparaissent lorsque l’on parvient à guérir la maladie sous-jacente qui en est à l’origine. Dans le cas d’un acouphène objectif, il suffit généralement d’identifier la cause. Lorsque celle-ci est éliminée, les acouphènes ont tendance à s’atténuer.

Les différents traitements des acouphènes

Il n’existe pas de panacée permettant de traiter avec succès un acouphène chronique. Pour choisir une méthode de traitement, de nombreux facteurs doivent être pris en considération, par exemple les causes déclenchantes et la sévérité de l’acouphène. En outre, de nombreux patients victimes d’acouphènes souffrent de troubles tels que l’anxiété et la dépression, car les acouphènes activent non seulement les zones du cerveau responsables de l’audition, mais aussi celles qui génèrent des émotions comme la colère et l’anxiété. Un traitement efficace nécessite souvent de consulter un psychothérapeute ou un neurologue.

Les générateurs de bruits blancs sont fréquemment utilisés pour traiter les acouphènes, dans la mesure où ils aident le patient à ignorer les bruits parasites. Ils génèrent un léger bruit continu, plus silencieux que l’acouphène. Au fil du temps, le cerveau apprend à considérer le bruit blanc comme sans importance et à l’accepter. Parallèlement, il apprend progressivement à considérer l’acouphène de la même manière. Si la thérapie fonctionne, le patient ne perçoit plus les bruits gênants aussi intensément et est à nouveau capable de se concentrer. Les générateurs de bruits blancs sont d’ores et déjà intégrés à de nombreuses aides auditives modernes, qui contribuent non seulement à traiter les acouphènes, mais aussi à compenser une éventuelle déficience auditive.

Quelles sont les causes des acouphènes ?

L’acouphène n’est pas une maladie isolée ; il survient toujours parallèlement à une autre maladie ou est l’une de ses conséquences. Il convient de distinguer l’acouphène subjectif (bruit parasite perçu uniquement par le patient) de l’acouphène objectif (qui peut avoir pour origine une source sonore).

Les acouphènes objectifs sont des sons faibles provoqués par des dysfonctionnements à proximité de l’oreille interne. Ceux-ci sont perçus par les cellules sensorielles de l’oreille interne et transmises au cerveau. Le bruit peut par exemple être provoqué par les causes suivantes :

  • Altération de la circulation sanguine dans les veines du cou
  • Vasoconstriction ou malformation (générant habituellement un bruit d’impulsion synchrone)
  • Dysfonctionnement de la trompe d’Eustache
  • Tumeur
  • Crampe musculaire (par exemple, dans l’oreille moyenne)
  • Problème au niveau des articulations temporo-mandibulaires (ATM)

Les bruits endogènes qui apparaissent au niveau de l’oreille peuvent être localisés par un médecin à l’aide d’instruments spécifiques. Une fois la cause des acouphènes objectifs identifiée et traitée, ils ne seront plus perçus.

Dans le cas des acouphènes subjectifs, les sons ne sont pas perçus par autrui. En effet, il n’existe pas de sources dans le corps susceptibles d’émettre des signaux sonores. Cependant, un dysfonctionnement de l’oreille interne peut être responsable du bruit, du moins indirectement. Longtemps, on a soupçonné les cellules ciliaires sensorielles d’envoyer à tort des signaux sonores perçus ensuite comme des acouphènes. Il est désormais admis que cette interprétation est erronée et que le problème provient du centre auditif dans le cerveau. Lorsqu’aucun signal sonore n’est perçu pour certaines gammes de fréquences, il est possible que les neurones concernés tentent de compenser les impulsions manquantes en envoyant des signaux de manière indépendante dans le cerveau. Un acouphène subjectif s’apparente donc au syndrome du membre fantôme : l’individu perçoit un stimulus qui est en réalité absent.

Pourquoi les acouphènes s’intensifient-ils au cours d’un rhume ?

Un rhume peut avoir des conséquences sur les acouphènes à cause des virus qui s’infiltrent dans l’oreille moyenne par la trompe d’Eustache et provoquent une inflammation. C’est pourquoi un acouphène existant est souvent perçu plus intensément que d’habitude au cours d’un rhume. Ce phénomène est également dû au fait que le bien-être général des personnes touchées est altéré par le virus. Ces problèmes physiques et psychologiques passent au premier plan, de sorte que les acouphènes déjà perçus comme gênants prennent encore plus d’importance et deviennent insupportables.

Si vous avez parfois du mal à comprendre les personnes avec qui vous parlez ou si vous n'entendez plus le pépiement des oiseaux et le chant des grillons, il ne faut pas prendre cela à la légère. Un test auditif professionnel vous permettra déjà de vérifier si votre audition est correcte.

Pour bénéficier d'un test auditif professionnel gratuit, prenez dès à présent rendez-vous dans un magasin spécialisé Amplifon.

Prenez rendez-vous

Acouphènes : Les questions les plus fréquentes
4.2 - 13 Ratings